Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

L'actualité de CENTURY 21 Fortis Immo

"Encadrer les loyers, une fausse bonne idée" article Le Point paru le 24/03/2017

Publiée le 11/04/2017

Le Point : Quel est l'impact du plafond des loyers à Paris ?

Nathalie Naccache* : L'entrée en vigueur de l'encadrement des loyers parisiens a provoqué de nombreuses mises en vente d'appartements lors des relocations ou des sorties du marché locatif dit « classique ». Certains bailleurs n'avaient d'ailleurs pas le choix, n'arrivant plus à assumer le coût de leur crédit immobilier. Sachez que, même dans la capitale, beaucoup de petits propriétaires sont souvent au plus juste de leur épargne. Comme cette enseignante qui a jeté l'éponge quand elle a vu les rentrées locatives de sa studette amputées de moitié. Il y a un effet pernicieux, car les crédits bancaires ont été débloqués en fonction d'une valeur locative estimée avant cette loi. Encadrer les loyers permettrait de réguler ce marché si tout le monde jouait le jeu, ce qui n'est pas le cas.

Qui sont les mauvais joueurs ?

On a créé une distorsion de concurrence entre les professionnels et certains particuliers opportunistes. Ces derniers ont vite compris que l'encadrement serait difficile à appliquer à la lettre, que la mairie de Paris et les pouvoirs publics, malgré leurs campagnes d'information et d'intimidation, n'ont pas les moyens d'effectuer un véritable contrôle sur le terrain. Dans les faits, une résidence principale ne peut être louée plus de quatre mois par an et les locations de courte durée ne devraient concerner que les biens commerciaux, qui représentent une proportion minime du marché locatif. Au dire des hôteliers parisiens, ces locations « touristiques », effectuées via Leboncoin ou Airbnb, totalisent davantage de nuitées que celles de tous leurs établissements. Ces locations « sauvages » sont en totale infraction avec la loi et la plupart de leurs revenus échappent aux impôts. Résultat, un tiers des biens loués dans les quartiers touristiques est sorti du marché classique. Avec pour effet d'accroître la pénurie d'offres locatives, notamment pour les étudiants. Exactement l'inverse de ce que voulait obtenir le gouvernement !

* Nathalie Naccache: Directrice des agences Century 21 Fortis Immo.

Retrouvez l'article en cliquant sur ce lien ci-dessous:

 http://www.lepoint.fr/immobilier/special-immobilier-a-paris-la-foire-d-empoigne-24-03-2017-2114411_31.php

 

 

Notre actualité